EN CONSTRUCTION

 

Laisse de mer

 

Tout le monde connaît les sept nains, les sept mercenaires, les sept péchés capitaux, les sept merveilles du monde, les sept doigts de la main (ce qui explique mon exceptionnelle vitesse de frappe), mais qui connaît le septième continent ?
Non, ce n’est pas le titre d’une énième séquelle d’Indiana Jones ou d’un album de Black et Mortimer. C’est un continent encore inexploré et pour cause, on préférerait qu’il n’existe pas.

Ce septième continent se trouve quelque part au Nord-Est du Pacifique entre la Californie et Hawaï. Il est constitué de millions de tonnes de détritus plastiques produits par l’activité humaine qui viennent s’agréger ici portés et retenus par les courants.

Il a été découvert par le capitaine Charles Moore en 1997, au retour d’une course nautique au large d’Hawaï alors qu’il suivait une route maritime inhabituelle.

La superficie de ce continent est estimée à 3.43 millions de kilomètres carrés, soit plus de 6 fois celle de la France et approximativement un tiers de l’Europe. Son épaisseur atteint 30 mètres par endroit.
prof

La masse de particules plastique y étant six fois plus dense que celle du zooplancton, inutile de dire que ce phénomène a un impact écologique très lourd. Ces morceaux de plastique, qui mettent des centaines d’années à se désagréger, sont massivement absorbés par les animaux et fixent de surcroit les polluants comme le PCB ou le DDT.

On a retrouvé échouée sur les côtes d’Espagne une baleine dont l’estomac contenait 17 kilos de plastique. L’ingestion de ces déchets provoque des occlusions intestinales, une perte d’appétit et finalement la mort.
prof

Pour

 

Le plastique c’est fantastique !………euh non !!!!

80% des déchets dans l’océan sont de source terrestre, 90% d’entre eux sont des plastiques.
un territoire de plastique six fois plus grand que la France flotte au beau milieu du Pacifique
Plus de 250 espèces animales marines sont touchées par ce phénomène dont les tortues, les dauphins, les baleines et les raies. Ainsi un baleine ingurgitant des produits dérivés du plastique voit son système digestif obstrué et devient incapable de se nourrir.

Amerigo Vespucci, le célèbre explorateur, aurait-il oublié quelque chose au cours de ses voyages ? En plus des six continents (Europe, Afrique, Asie, Amérique, Océanie et Antarctique), un territoire de plastique six fois plus grand que la France flotte au beau milieu du Pacifique, à mi-chemin entre la côte Ouest américaine et le large du Japon.

L’expression « septième continent », ou « continent de plastique », est utilisée pour alerter la population civile du danger de ce phénomène. Cette métaphore désigne des nappes de déchets de plastique qui se concentrent dans certaines zones océaniques. Cette pollution est le résultat de l’effet des courants qui, influencés par la rotation de la Terre, s’enroulent et forment un gigantesque tourbillon d’eau océanique appelé gyre : en son centre s’agrègent des millions de minuscules morceaux de plastique.

On dénombre aujourd’hui cinq nappes aux caractéristiques similaires situées au sein du Pacifique Nord et du Pacifique Sud, de l’Atlantique Nord et Sud et au milieu de l’Océan Indien.

80% des déchets dans l’océan sont de source terrestre, 90% d’entre eux sont des plastiques.

Print Friendly